L'ex-militaire qui doit être auditionné ce mardi par les juges en charge de l'affaire Maëlys. Il sera notamment confronté aux expertises médicales qui ont révélé l'existence de fractures ante-mortem sur le corps de la fillette. La défense souhaite une contre-expertise. 

Bien que Nordahl Lelandais ait avoué le meurtre de la petite Maëlys, de nombreuses zones d'ombres planent toujours sur cette affaire. Ce mardi, les juges interrogeront une nouvelle fois l'ancien maître chien de l'armée pour tenter d'éclaircir certains points. 

Des questions en suspens

Les questions porteront notamment sur les résultats d'une nouvelle autopsie de Maëlys, qui ont révélé plusieurs fractures ante-mortem au niveau du crâne. Des blessures qui d'après les experts ne seraient pas la cause de la mort de la fillette. Ces constatations viennent contredire la version de Nordahl Lelandais qui affirme que l'enfant est mort accidentellement, après qu'il lui ait administré une gifle. Plusieurs sources proches du dossier soutiennent cependant qu'il est impossible que Maëlys soit morte à la suite d'une simple claque, aussi forte soit-elle.

Une vidéo pédopornographique 

L'autopsie n'a pas pu déterminer les causes exactes du décès la petite fille, ni même si elle avait subi des violences sexuelles. Et pour cause, six mois après la mort de la fillette, son corps était trop dégradé pour livrer de précieux indices. Nordahl Lelandais sera également interrogé sur ces points précis ce mardi. Il devrait également être confronté à une vidéo pédopornographique retrouvée sur son téléphone portable, qui d'après les enquêteurs montre la cousine de Nordahl Lelandais, âgée de six ans. Les parents de l'enfant ont déposé plainte pour agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !