Affaire Maëlys : des bénévoles mènent leur propre enquête

Parallèlement à l'enquête des gendarmes, des bénévoles se réunissent régulièrement pour mener leur propre enquête et tenter de retrouver la petite fille. Une enquête parallèle que la gendarmerie ne voit pas d'un très bon oeil...

Alors que la petite Maëlys a disparu depuis maintenant 5 mois, un collectif de bénévoles, qui préfèrent tous rester anonymes, mène l'enquête à sa façon afin de retrouver la trace de la petite fille. Pour cela, ils organisent entre autres des battues dans des lieux fréquentés par le principal suspect, Nordahl Lelandais. Ils ont notamment entrepris de passer au peigne fin le col de Blanchet, en Savoie, un lieu qui a retenu leur attention après avoir visionné une vidéo où l'on peut voir l'ex-militaire s'y amuser en moto.

Ces bénévoles s'appuient sur des technologies poussées pour mener leur enquête parallèle, comme un drone piloté par un pilote averti qui a répondu à leur appel. "Je survole une zone pour repérer les secteurs à l'avance, ça évite d'y aller à pied et ça fait gagner énormément de temps", explique ce dernier à BFMTV, ajoutant : "Les gendarmes n'ont pas ce matériel encore, on est précurseur. Je fais ça aussi pour leur montrer que tout est possible".

Pour les enquêteurs en charge de l'affaire Maëlys, cette initiative n'est pas la bienvenue. Leur principale crainte : que les bénévoles effacent sans le vouloir des traces et des indices capitaux. 

Rubriques

Société