Affaire Grégory : Murielle Bolle ne rentrera pas chez elle

La justice a rejeté la demande de Murielle Bolle, suspectée dans l'enlèvement et l'assassinat du petit Grégory, qui souhaitait pouvoir regagner son domicile des Vosges.

Ce mercredi, la cour d'appel de Dijon a refusé à Murielle Bolle, personnage clé de l'affaire Grégory, le droit de rentrer chez elle dans les Vosges comme elle le demandait, ont fait savoir leurs avocats. 

Me Christophe Ballorin a indiqué que la demande de levée du contrôle judiciaire de sa cliente, devenue suspecte dans l'enlèvement et l'assassinat du petit Grégory en 1984, a été rejetée par la chambre de l'instruction. Dans un premier temps écrouée puis mise en examen fin juin, Murielle Bolle avait été placée sous contrôle judiciaire au début du mois d'août, avec notamment l'obligation de résider loin de son domicile, dans la Nièvre.

En 1984, lors du rapt et de l'assassinat du petit Grégory, retrouvé mort pieds et poings liés dans la Vologne, Murielle Bolle alors adolescente avait accusé son beau-frère Bernard Laroche, cousin du père de petit garçon. Finalement, sous les pressions familiales, semble-t-il, la jeune fille s'était rétractée. 

Près de trente ans plus tard, la justice soupçonne cette femme âgée de 48 ans aujourd'hui d'avoir participé à l'enlèvement mortel de l'enfant, tout comme les époux Marcel et Jacqueline Jacob, également mis en examen en juin dernier.

Des accusations que Murielle Bolle, qui n'a pas été ré-entendue par la juge d'instruction depuis six mois, rejette en bloc. 

Rubriques

Société