Affaire Grégory : Marcel Jacob sur le point de rompre son contrôle judiciaire

L'avocat de Marcel Jacob, le grand-oncle du petit Grégory, a dénoncé ce mercredi les conditions du contrôle judiciaire de son client, mis en examen le 16 juin dernier avec son épouse Jacqueline pour "enlèvement, séquestration, détention suivie de mort".

"Il n'existe pas d'éléments concrets, aucune preuve matérielle contre Marcel Jacob", a affirmé Me Stéphane Giuranna, l'avocat de Marcel Jacob, le grand-oncle du petit Grégory, retrouvé mort le 16 octobre 1984 dans la Vologne. Pour le juriste, les conditions du contrôle judiciaire de son client sont injustes. "Depuis trois mois et l'interpellation de mon client, on n'a pas avancé d'un millimètre", a-t-il souligné, ajoutant que "depuis 33 ans d'enquête, la justice n'a jamais trouvé la moindre charge Marcel Jacob".

"Il est au bout du rouleau, il n'en peut plus"

Me Stéphane Giuranna se montre d'autant plus scandalisé que, selon lui, l'état de santé de Marcel Jacob est loin d'être rassurant. "Je suis très inquiet sur l'état de santé mental de mon client. Mon client est arraché à sa vie depuis trois mois". L'avocat a donc demandé que le contrôle judiciaire soit modifié afin que Marcel Jacob puisse retrouver son domicile. "J'ai des craintes, il est au bout du rouleau, il n'en peut plus (...) On ne va pas attendre des mois parce qu'il sera trop tard.L'avocat a également assuré que, s'il n'obtenait pas gain de cause, son client pourrait rompre son contrôle judiciaire. "Dans quelques mois, si l'affaire n'a pas avancé, il rentrera chez lui quoi qu'il arrive."

Suspects numéros 1 dans l'affaire du petit Grégory, Marcel et Jacqueline Jacob n'ont jamais fourni un alibi vérifiable concernant le jour de la disparition de l'enfant. Lors de leur audition en juin dernier, Jacqueline Jacob a gardé le silence. Marcel Jacob, quant à lui, a dit ne pas comprendre pourquoi on l'accusait "de tous les maux" et qu'il n'avait aucune raison de lui faire du mal.

Rubriques

Société