Françoise Verschoote, la mère de Cécile Bourgeon, est venue ce jeudi témoigner à la barre de la cour d'assises de la Haute-Loire. Elle assure que sa fille s'en veut de ne pas avoir su protéger la petite Fiona, dont le corps n'a toujours pas été retrouvé.

Appelée à témoigner ce jeudi par le président de la cour d'assises de la Haute-Loire, Françoise Verschoote, la mère de Cécile Bourgeon, a eu du mal à contenir son émotion. « Je suis là pour assister aux débats. Pour Fiona. Pour savoir la vérité. Pour comprendre ce qu’il s’est passé. Dans l’espoir de la retrouver », a-t-elle commencé par expliquer, tout en prenant une longue respiration. « Je suis là pour parler de Cécile, bien sûr », a-t-elle lâché.

Pourtant, sa fille, recroquevillée dans le box des accusés, n'a pas un seul regard pour sa mère, qui est l'une des seules à lui rendre visite en prison. « Cécile s’en veut de ne pas avoir fait ce qu’il fallait, de ne pas avoir protégé Fiona et d’avoir laissé faire… », a assuré Françoise Verschoote dans une phrase qui ne sera jamais finie. 

Puis, la mère de Cécile Bourgeon évoque le compagnon de celle-ci, Berkane Makhlouf. Tout d'un coup, le ton devient nettement plus cassant : « Il criait tout le temps », assure-t-elle, ou encore : « Il était instable. » 

Entre les mots, c'est bien ce compagnon violent que la mère de Cécile Bourgeon tient pour responsable de la mort de sa petite-fille Fiona. Pour autant, la grand-mère ne dédouane pas sa fille, qui de son propre aveu se droguait et délaissait ses enfants. Françoise Verschoote dit s'en vouloir d'avoir découvert la situation bien trop tard. « On avait un relationnel pas simple. J’essayais de l’aider mais… ». Cette dernière phrase restera également en suspens.

Cécile Bourgeon sera fixée sur son sort ce samedi 10 février, dans la soirée.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !