Accusé de viols, Tariq Ramadan reste en prison

Mis en examen le 2 février dernier pour "viol" et "viol sur personne vulnérable", l'islamologue suisse placé en détention provisoire dans la foulée ne sortira pas de prison, comme il le demandait. 

Son appel concernant son placement en détention provisoire suite à sa mise en examen pour "viol" a été rejeté. Tariq Ramadan reste donc en prison. La chambre de l'instruction, après avoir ordonné une expertise médicale pour évaluer la compatibilité de l'état de santé de l'islamologue controversé avec un placement en détention, a rejeté sa demande de libération. Une nouvelle audience a été fixée au 22 février.

Tariq Ramadan souffre d'une sclérose en plaques

Ce jeudi 15 février, Tariq Ramadan s'est présenté à son audience en ambulance. Atteint d'une sclérose en plaques et d'une autre maladie dont on ignore la nature, il serait très diminué, apprend-on d'un certificat médical établi par un médecin le 3 février dernier. 

Tariq Ramadan est incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis depuis sa mise en examen pour un "viol" qui aurait été commis en 2012 et un "viol sur personne vulnérable" en 2009. Le juge des libertés et de la détention a justifié son maintien en détention provisoire par l'existence d'une forte probabilité qu'il fasse pression sur les deux plaignantes avant une confrontation nécessaire.

Rubriques

Société