Accusé de harcèlement sexuel, le vice-Premier ministre démissionne

Accusé de harcèlement sexuel par une ancienne militante du Parti conservateur, le vice-Premier ministre britannique a remis sa démission...

Damian Green, l'un des plus proches alliés de la Première ministre Theresa May, a annoncé ce mercredi soir sa démission. Le vice-Premier ministre a également admis avoir menti concernant la découverte d'images pornographiques sur son ordinateur, il y a dix ans.

Dans la foulée du scandale Weinstein, Damian Green avait également été accusé publiquement d'avoir détenu sur son ordinateur de parlementaire, en 2008, du contenu pornographique. Il avait alors nié fermement les faits. Il avait par la suite réaffirmé ne jamais avoir détenu ces images suite à une enquête menée par les services de Downing Street, qui affirmait pourtant le contraire. Ce mercredi, dans un communiqué adressé à Theresa May, le vice-Premier ministre a reconnu avoir fait des "déclarations inexactes et trompeuses". 

"C'est avec un profond regret et une gratitude pour votre contribution durant de nombreuses années que je vous ai demandé de démissionner du gouvernement et que j'ai accepté votre démission", lui a répondu Theresa May.

Un SMS "suggestif"

L'enquête menée par Downing Street ne se prononce pas sur les accusations d'une ancienne militante du Parti conservateur portées contre Damian Green. Kate Maltby prétend que ce dernier a posé une main appuyée sur son genou lors d'un rendez-vous privé en 2015, qui se déroulait dans un pub. Elle affirme également que le vice-Premier ministre lui a envoyé un SMS "suggestif".

Rubriques

Société