Interrogé ce dimanche soir sur BFMTV et RMC, le président de la République est revenu sur la question de la laïcité et notamment celle du port du voile.

« Dans la République, nous devons tolérer le voile. (…) Le voile islamique ne correspond pas à notre civilité », a souligné le chef de l'État face à Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, qui l'ont interviewé pendant plus de deux heures ce dimanche soir.

« Nous sommes attachés, et ça c’est très républicain, c’est même révolutionnaire, à cette égalité entre l’homme et la femme. Donc nous ne comprenons pas qu’il y ait cette différence, cette distance, cette séparation. C’est ça un peu le voile. (…) On doit l’expliquer, on doit convaincre. Je ne suis pas, moi personnellement, heureux que ce soit ainsi, mais je ne veux pas faire de loi qui l’interdise dans la rue, car ce serait contre-productif », a ajouté Emmanuel Macron, qui s'est également « inquiété » du choix dit personnel de certaines femmes de revêtir le voile. 

« Ce que je veux c’est qu’aucune femme ne soit obligée de porter le voile. C’est une bataille pour l’émancipation », a insisté le chef de l'État. 

Interrogé sur les mamans accompagnatrices de sorties scolaires qui portent le voile, Emmanuel Macron a jugé : « Si elles sont en responsabilité pour l’école, elles n’ont pas à porter le foulard parce qu’elles sont sous la laïcité de l’État. Si elles sont en fonctionnaires, en quasi-fonctionnaires ou en collaborateurs occasionnelles du service public, elles ne peuvent pas porter le foulard ». Toutefois, « si elles sont dans un cadre qui est à côté de cela, elles sont citoyennes, elles ont leur identité, elles sont là et la société elle, n’est pas laïque et leur permet d’avoir le voile », a-t-il ajouté. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !