Philippe dénonce un "antisémitisme profond"

Ce mardi, le chef du gouvernement a mis en garde contre l'antisémitisme "très profondément enraciné dans la société française". 

Dans un entretien accordé à L'Express, dont le numéro paraîtra ce mercredi, Edouard Philippe, qui participera ce mardi à un rassemblement contre l'antisémitisme à Paris, dénonce vivement les dernières agressions antisémites qui se sont déroulées dans le pays. 

"S’en prendre à Alain Finkielkraut, c’est précisément s’en prendre à un symbole de la République"

"Je sais bien que je peux énerver beaucoup de gens qui pensent que le problème n’existe pas, ou qui n’aiment pas qu’on en rappelle l’existence. Mais nous avons un problème!", souligne ainsi le Premier ministre dans cet interview.

"L’antisémitisme est très profondément enraciné dans la société française. L’idée selon laquelle l’antisémitisme ne serait que l’affaire des juifs est encore très répandue. De nombreux Français sont contre l’antisémitisme mais ils ne se sentent pas personnellement concernés par ce fléau", soutient Edouard Philippe, alors que samedi dernier, lors d'un rassemblement de gilets jaunes à Paris, l'académicien Alain Finkielkraut a été victime d'insultes antisémites. De même, ces dernières semaines, les agressions à caractère antisémite se multiplient en France. 

"S’en prendre à Alain Finkielkraut, c’est précisément s’en prendre à un symbole de la République, à l’indispensable figure de l’intellectuel engagé" condamne également le Premier ministre, précisant néanmoins qu'"il serait faux et absurde de dire que le mouvement des gilets jaunes est antisémite".

Rubriques

Politique