Pavlenski tient à son projet "porno-politique"

L’activiste russe Piotr Pavlenski, qui a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, ne regrette aucunement d’avoir diffusé des vidéos à caractère sexuel de Benjamin Griveaux.

Ce mardi 18 février, l’activiste russe Piotr Pavlenski a assuré, dès sa sortie de garde à vue, qu’il poursuivrait son “projet porno-politique”. Il a déclaré : “Je commence seulement le nouveau projet porno-politique. J’espère que je pourrai continuer parce qu’après le troisième jour, ce projet (en parlant de son site) a été bloqué”. Ce dernier a ajouté qu’il était “content” d’avoir diffusé ces vidéos à l'insu du candidat pour la mairie de Paris, Benjamin Griveaux.

Piotr Pavlenski, détenteur du droit d’asile, est réfugié en France depuis 2016. Il a critiqué le déni de liberté d’expression de ce pays : “C’est monstrueux comme situation parce que je pensais que la France était le pays de la liberté d’expression, mais ce n’est pas du tout la liberté d’expression”.

L’activiste russe a également été soupçonné par des membres du parti LREM, notamment Sibeth Ndiaye, d’avoir “été aidé” dans son projet, ce à quoi il a répondu : “On a dit que j’étais du FSB (les services secrets russes, NDLR), qu’il y avait le Kremlin derrière moi, mais c’est facile, on dit toujours ça quand les choses dérangent ou ne plaisent pas. C’est mon projet et les policiers verront dans mes ordinateurs qu’ils ont saisis qu’il n’y a rien d’autre”.

Rubriques

Politique