Patrick Balkany. Un vrai comédien !

A défaut de ses juges, c’est son registre d’acteur amateur que le maire de Levallois a réussi à épuiser en moins de trois semaines d’audience. Un jour, il joue le distrait : « Je ne savais pas que ma femme avait mis mon nom comme ayant droit de la villa Pamplemousse ». Un autre, il campe la victime expiatoire (pour évoquer des billets de 500 euros) : « J’ai l’impression d’être le porte-parole de tous les français qui ont un petit matelas de côté ! » Ou le professeur de vertu « Je ne vous félicite pas, messieurs du parquet ! » Voire l’innocent outragé : « Monsieur le Président, avec vous, les balances (de la justice », elles en ont pris un coup ! ».

 

Pas de bol ! les talents de Patrick Balkany ont été balayés par le témoignage du discret financier genevois, Marc Angst, qui avait été chargé d’organiser en secret l’acquisition du palais de Marrakech où l’élu séjournait en famille.

 

Marc Angst a tout balancé à la barre le 5 juin. Les paiements en liquide, les commissions occultes…

 

Et là, Balkany a claironné un « Je ne souhaite plus rien dire sur cette question ».

 

Fin de l’entracte !

Rubriques

Politique