Dans leur très grande majorité, les députés ont voté la suppression de la réserve parlementaire, dernier volet de la réforme sur la moralisation de la vie politique.

Clap de fin pour les débats à l'Assemblée sur ce projet de loi. Il s'agit de l'une des promesses phares de la campagne d'Emmanuel Macron : la moralisation de la vie politique. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a annoncé mercredi soir le vote du dernier volet de cette réforme. 

Mercredi, les députés ont donc voté à 412 voix pour, 74 voix contre et 62 abstentions, pour la suppression de la réserve parlementaire. Il s'agit de la dernière mesure de cette réforme supposée assurer "la probité et la transparence" de la vie politique, avait expliqué la rapporteure du texte, Yaël Braun-Pivet.

La réserve parlementaire est une enveloppe de plus de 140 millions que les parlementaires utilisent pour reverser aux communes et aux associations présentes sur leur territoire. Sa suppression met fin à des pratiques "arbitraires et discrétionnaires", a justifié Yaël Braun-Pivet. Toutefois sa suppression sera progressive jusqu'en 2024.

La loi prévoit également l'interdiction des emplois familiaux, l'inégibilité des élus en cas de crime ou de délit mettant en cause leur probité ou encore la suppression de l'indemnité de frais de mandat. D'autres mesures font également partie de cet arsenal : l'interdiction pour les lobbys de rémunérer des assistants parlementaires et l'interdiction pour les parlementaires d'exercer une activité de conseil en parallèle de leur mandat.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !