« Installer des mezzanines chez soi, tout le monde fait ça en France » : C’est le premier commentaire d’Emmanuel Macron après l’article du Canard Enchainé sur les nouveaux exploits immobiliers de la ministre de la Culture Françoise Nyssen. Laquelle a augmenté en loucedé de 150 m2 les locaux parisiens d’Actes Sud, la maison d’édition qu’elle dirigeait avant de devenir ministre.

Et ce sans en informer la direction de l’urbanisme de la Mairie de Paris ni le fisc. Le tout dans un immeuble classé. ET Macron d’ajouter, en guise de défense de Nyssen : « Ils lui cherchent des poux. On est chez les dingues ! Qui peut penser que quelqu’un qui a installé des mezzanines chez lui ne peut plus être ministre ? En outre, c’est une histoire qui remonte à vingt ans ! »

 

Le Président se trompe. Les derniers travaux remontent à 2013. Comme ceux réalisés au siège d’Actes Sud, à Arles, dans un site également classé.

Et, là, il s’agissait de s’attribuer 400 m2 supplémentaires.

Chez les députés Marcheurs qui découvrent comme cadeau de rentrée les problèmes de mezzanines de Nyssen, le ton est également sévère.

« Qu’elle puisse frauder de manière aussi systématique et avec une telle ampleur, sans que personne n’y trouve à redire, est tout simplement consternant » s’offusque un député macroniste.

Un autre élu de la majorité nous a dit : « Si nous essayons de justifier l’injustifiable, la suite du quinquennat va être compliquée. Nyssen doit partir. »

En tout cas, les appétits s’aiguisent : la députée des Yvelines Aurore Bergé et la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa sont sur les rangs pour lui succéder.

Des bonnes copines ! 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !