« L'anticipation a été complète », assure le président de la République face aux nombreuses voix qui s'élèvent pour dénoncer la gestion de la tempête par le gouvernement...

Alors que ce mardi 12 septembre est marqué par les nombreuses manifestations anti-loi Travail en France, Emmanuel Macron se trouve dans les Antilles françaises, dévastées par l'ouragan Irma. Depuis Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le chef de l'État s'est dit satisfait de l'action du gouvernement pour faire face à cette catastrophe naturelle.

D'après le président de la République, qui fait ainsi fi des critiques sur la réaction de l'exécutif, le gouvernement a répondu à la crise annoncée « plusieurs jours avant » que ne passe l'ouragan Irma.

L'exécutif « a répondu dès que l’information a été donnée, donc plusieurs jours avant, et constamment tout au long de cette crise », a martelé Emmanuel Macron, assurant qu'il n'était « pas possible d’avoir une anticipation supérieure ».

Emmanuel Macron favorable à la création d'une commission d'enquête parlementaire

Confirmant que le passage de la tempête Irma avait fait onze morts et « plusieurs blessés et disparus » dans les Antilles française, le chef de l'État a appelé à « l'union nationale », exhortant ses détracteurs à rester dignes.

Pour autant, Emmanuel Macron ne s'est pas opposé à la création d'une commission d'enquête parlementaire réclamée par la droite, le Front national et la France Insoumise.

« Ce que nous avons mis en place depuis le début de la crise, c’est l’un des plus grands ponts aériens depuis le début de la Deuxième Guerre mondiale », a souligné le président de la République, avant de conclure : « Les moyens sont là, avec un retour à l’ordre public partout où nous avons connu des débordements inacceptables ».

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !