Où va-t-on ?

Nonobstant le concours Lépine des interprétations de l’abstention (cf plus haut), il faut se pencher sérieusement sur cette question. On l’a fait. Et ça fait peur.Constat 1 : Qui s’est abstenu ? Socio-démographiquement : jeunes et les pauvres on l’a vu (cf article précédent), mais politiquement, essentiellement ceux d’entre nous qui voulaient "renverser le système". Selon l’analyse de l’Ifop parue aujourd’hui,71% des électeurs de Marine Le Pen en 2017 et 75% de ceux de J-L. Mélenchon, n’ont pas voté hier. C’est de très loin la plus grande proportion de non votants.Constat 2 : Quelles sont les raisons invoquées pour ce non vote ? Selonl’étude Opinionway – sortie aujourd’hui également – à 33% les non votants disent "ne pas avoir été intéressés par la campagne", 26% pensent que leur "vote ne changera rien", 20% déclarent que "la politique ne (les) intéresse pas", 16% citent une autre raison (la fête des pères ?). La seule raison politique invoquée : "protester contre la manière dont le pays est dirigé" ne représente que 19%. Ce qu’on en conclut, c’est que la frange contestataire de l’opinion déserte à présent le champ de l’expression démocratique…

Rubriques

Politique