Ce mercredi, face à la pagaille sur les routes et dans les transports franciliens entraînée par l'arrivée de la neige en abondance, Les Républicains ont fustigé le "manque d'anticipation" du gouvernement.

Ce mercredi, près de 900 véhicules étaient encore bloqués à la mi-journée, au sud-ouest de la capitale, sur la nationale 118. Une situation "invraisemblable" et "inadmissible" pour la porte-parole des Républicains, Laurence Sailliet.

« Inadmissible la réaction aussi de Benjamin Griveaux (le porte-parole du gouvernement, NDLR) qui dit "on ne pouvait pas mesurer le nombre de centimètres" (de neige qui allait tomber). Inadmissible aussi la réaction de la ministre (des Transports, Elisabeth Borne) qui dit "tout à été fait". On ne peut pas l'entendre », a-t-elle déclaré au micro de RMC.

Avant que ne s'élèvent des critiques, le porte-parole du gouvernement avait souligné sur RTL : « Il faut arrêter de faire croire n'importe quoi aux Français » et reconnaître qu'« il est difficile d'anticiper le nombre de centimètres de neige qu'il va tomber ».

"Comment ne pas être scandalisé par cet amateurisme et ce manque total d'anticipation ?"

Une excuse non recevable pour Mme Sailliet, pour qui « il faut anticiper ». « Ce matin quand la ministre (des Transports) disait (ne prenez pas votre voiture) il y avait déjà 200 km de bouchons. On est dans un monde complètement parallèle (...) On doit, aussi, quand on est au pouvoir, anticiper les événements exceptionnels », a-t-elle dénoncé, tandis que Gilles Platret (Les Républicains également), renchérissait par communiqué : « Comment ne pas être scandalisé par cet amateurisme et ce manque total d'anticipation ? ».

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !