Mauvais arguments de la Droite

Ce matin, Bruno Retailleau (Monsieur "Les premiers cent jours" de Valérie Pécresse) ouvre le nouveau terrain d’affrontement de la campagne, le préféré de la droite et du centre : l’économie. Argument central : avec le quoi qu’il en coûte, Emmanuel Macron a « cramé la caisse » (© V. Pécresse) et, dixit Retailleau -- qui lie l’expulsion de notre Ambassadeur au Mali à l’état de notre économie –« un pays qui ne tient pas ses comptes est un pays qui ne tient pas son sang ». Réponse immédiate de Bruno Le Maire qui cite les modélisations de l’Institut des politiques publiques selon lesquelles sans les dépenses consenties (maintien de l’activité, chômage partiel, …) le chômage et les faillites auraient explosé à tel point que la dette ne serait pas de 115 % mais atteindrait 126 %. Le "quoi qu’il en coûte"©, c’était la solution économique. Une opposition de fond ? Pas sûr car face au Covid, tous les pays occidentaux et toutes les majorités ont adoptés des mesures ultra-coûteuses (+17 points de dette publique pour tout le monde en moyenne en Zone Euro), 2) Le Maire comme LR déclarent vouloir réduire cette dette or d’après les projections d’Euler Hermes, retrouver le niveau de dette publique pré-covid en France prendra entre 34 et 67 ans… ça devrait laisser sa chance à tout le monde.

Rubriques

Politique