Le patron de Radio France, condamné pour n'avoir pas respecté les règles des marchés publics lorsqu'il était à la tête de l'INA, est-il sur la sellette ?

Mathieu Gallet, condamné ce lundi pour non-respect des règles des marchés publics lorsqu'il dirigeait l'Institut national de l'audiovisuel, a écopé d'un an de prison et de 20.000 euros d'amende pour favoritisme. Une condamnation qui vaut à l'actuel patron de Radio France de se retrouver dans le viseur de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen.

« Les dirigeants d’entreprises publiques ont un devoir d’exemplarité. Un dirigeant d’entreprise publique condamné pour favoritisme, ce n’est pas une situation acceptableIl appartient à l’intéressé d’en tirer les conséquences, ainsi qu’au Conseil supérieur de l’audiovisuel, légalement compétent », a estimé cette dernière dans les colonnes du Monde.

Pour l'instant, Mathieu Gallet ne semble pas prêt à renoncer à ses fonctions, comme il l'a expliqué : « mon mandat court jusqu'en mai 2019 et je resterai pleinement investi jusque-là », a-t-il fait valoir ce lundi tout en annonçant sa volonté de faire appel de sa condamnation pour non-respect des règles d'appel d'offres, dont il s'est justifié durant son procès en soutenant aux juges qu'il ne les connaissait pas. Un argument qui ne semble pas avoir convaincu ces derniers.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !