« Les corps des femmes ne sont pas des biens publics », a souligné la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes...

Ce mardi matin, Marlène Schiappa était l'invitée de "Bourdin Direct" sur RMC et BFMTV. L'occasion pour la secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes d'annoncer une future loi permettant de verbaliser le harcèlement de rue. Un dispositif sur lequel elle est actuellement en train de travailler, avec le soutien du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

« Vous vous sentez oppressée, c’est du harcèlement de rue »

« D’un côté il y a la séduction, consentie, et de l’autre l’agression sexuelle, un délit pour lequel les femmes peuvent porter plainte. Au milieu il y a une zone grise », a expliqué la secrétaire d'État, avant de détailler : « vous êtes dans le métro, vous êtes une femme, un homme vous suit. Vous descendez, [il] descend. Vous remontez dans un autre métro, [il] remonte. [il] vous demande votre numéro de téléphone. [Il] vous redemande votre numéro de téléphone. Il vous reredemande votre numéro de téléphone. Vous vous sentez oppressée, c’est du harcèlement de rue. »

Marlène Schiappa a souligné qu'avec la future législation en matière de harcèlement, les forces de l'ordre seront en mesure de verbaliser les auteurs d'harcèlement. La caractérisation de cette infraction fera l'objet de la réflexion d'un groupe de travail parlementaire, « de la même manière qu’en son temps, les parlementaires ont caractérisé le harcèlement moral », a-t-elle expliqué.

« Les lois de la République française doivent dire qu’on ne tolère pas le harcèlement de rue et que les corps des femmes ne sont pas des biens publics », a conclu la secrétaire d'État.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !