Pendant qu'Emmanuel Macron expliquait aux étudiants de Ouagadougou que la France ne comptait plus s'ingérer dans les affaires africaines, le président burkinabé a subitement quitté la salle... ce à quoi Macron a réagi en formulant une petite pique qui n'a pas été au goût de tout le monde.

"Il est parti réparer la climatisation"

"Moi je ne veux pas m'occuper de l'électricité dans les universités au Burkina Faso, c'est le travail du président", expliquait Emmanuel Macron à l'étudiante de Ouagadougou qui attribuait à la France les problèmes d'électricité du Burkina Faso. À ce moment précis, le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, s'est levé et a quitté la salle. "Du coup, il s'en va... Reste là !" lance alors Emmanuel Macron avant d'ironiser : "Du coup, il est parti réparer la climatisation". Une plaisanterie qui a déclenché une polémique.

Selon les journalistes présents sur place, le départ impromptu de Kaboré s'apparentait à une simple "pause technique". Version confirmée par l'entourage du président, qui "s'est levé tout simplement pour aller aux toilettes". On peut d'ailleurs voir sur les retransmissions que l'homme d'État sourit à son retour, attitude qui paraît en contradiction avec une éventuelle hostilité vis-à-vis des propos du président français.

La droite et la gauche scandalisées

"Si le président Sarkozy ou Donald Trump s'étaient comportés comme Emmanuel Macron ce matin, toute la presse ne parlerait que de ça", a souligné le député et ancien candidat à la présidence Nicolas Dupont-Aignan. "Il a été d'une arrogance, d'une violence à l'égard des autorités du Burkina Faso, à la limite du racisme. Moi je ne l'accepte pas, j'estime qu'un chef d'État ne peut pas se comporter comme ça. C'est dommage, c'est un énorme gâchis."

L'ancien n°2 du FN Florian Philippot abonde dans ce sens. "Les analyses autorisées ne le diront pas mais clairement hier Macron ne s'est pas comporté en chef d'État à Ouagadougou. On a eu honte", a-t-il déclaré.

À La France insoumise, les réactions ont également été virulentes : plusieurs députés, notamment Éric Coquerel, ont élaboré un communiqué pour brocarder "un écart de langage des plus méprisants""incroyable et indigne d'un président français".

Une polémique pour rien ?

Surprise : tout cela ne rime à rien ! Il semblerait que la classe politique française soit la seule à s'indigner, et pour cause : après la séance de questions-réponses d'Emmanuel Macron, les deux présidents sont allés faire un tour dans une bibliothèque et ont ensuite déjeuné ensemble comme deux bons copains.

"Tout s'est très bien passé", a affirmé un membre de la délégation. "Cette bonne ambiance pendant le discours prouve la proximité entre les deux hommes !" Deux hommes qui, d'ailleurs, ont même l'habitude de se tutoyer... et sans doute de s'envoyer des boutades de temps à autre.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !