Ce vendredi, Emmanuel Macron a créé la polémique depuis Athènes en déclarant qu'il ne céderait rien aux « fainéants »...

Suite à la polémique qui enfle depuis les propos tenus par le chef de l'État en visite à Athènes (Grèce), le porte-parole du gouvernement a tenu à expliquer le fond de la pensée d'Emmanuel Macron, lequel a déclaré ce vendredi devant la communauté française : « Je serai d'une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes ».

Pour Christophe Castaner, le président de la République visait avec cette déclaration « la posture de la fainéantise », c'est-à-dire « ne pas avoir le courage politique de faire » des réformes. « Le président de la République a parlé de ceux qui n'ont pas eu le courage de faire les réformes nécessaires », a-t-il assuré.

« Il fallait un courage, il fallait prendre un risque »

« Les Français sont favorables à une transformation profonde de notre pays », a déclaré le porte-parole du gouvernement, invité du "Grand-Rendez-Vous" (CNews/Europe1/LesEchos), avant d'expliquer : « Il a parlé des trente dernières années: François Hollande, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac ont su réformer sur certains sujets, mais n'ont jamais été assez loin parce qu'il fallait un courage, il fallait prendre un risque ».

Interrogé sur les appels à manifester contre la réforme de la Loi travail, ce mardi, Christophe Castaner s'est dit confiant : « moi je crois que les Français ne sont pas totalement idiots, qu'ils ont entendu (le chef de file de la France insoumise) Jean-Luc Mélenchon faire ce raccourci de dire: "j'appelle tous les fainéants à descendre dans la rue", mais Emmanuel Macron, comme moi à l'instant ne qualifie personne ainsi ».

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !