Les menaces de Boris Johnson

Le Brexit ne réussit vraiment pas à Boris Johnson. Face au leader du parti travailliste, Jeremy Corbyn, le Premier Ministre anglais promet de se mettre en grève si Corbyn refuse de lui faire face dans un vote éclair pour mettre fin au délai du Brexit.

Jeudi soir, Boris Johnson a lancé un défi à Jeremy Corbyn, alors qu'il mettait au défi le chef travailliste de soutenir son offre pour des élections générales le 12 décembre et promettait de tenir un vote chaque jour s'il refusait. Lundi, Johnson votera à la Chambre des communes sur le déclenchement d'un sondage surprise après avoir dit à Corbyn que le "cauchemar" du Brexit ne pouvait pas continuer.

Mais comme Corbyn a refusé de s'engager, Downing Street a menacé d'organiser des votes quotidiens à la Chambre des communes sur une élection surprise jusqu'à ce qu'il cède, disant qu'il ne le laisserait pas "prendre le pays en otage". Une source a déclaré que le gouvernement se mettrait effectivement en grève en retirant toutes les lois, y compris le projet de loi sur l'accord de retrait, et qu'il ferait plutôt "campagne à chaque étape et à chaque occasion pour une élection générale".

L'UE prendra une décision aujourd’hui sur la durée du report du Brexit et le bloc devrait repousser la date de départ du Royaume-Uni au 31 janvier. Johnson estime qu'une telle prolongation est inacceptable et, par conséquent, il a déclaré aux députés que s'ils soutenaient une élection, il leur donnerait du temps pour examiner et voter sur son accord du Brexit. Pour le moment, les membres du parlement ont jusqu’au 6 novembre pour voter la loi de retrait.

Rubriques

Politique