Les larmes d’Edouard Philippe

Aminci de 6 kilos, perdus en seulement 15 ans, l’ex-Premier ministre en pleine promotion de « Impressions et lignes claires », son nouveau livre (en vente le 7 avril) n’hésite pas à revenir sur le travail et surtout les décisions prises alors qu’il était chef du gouvernement. Et c’est avec une réelle émotion, qu’il revient sur le premier confinement et les décisions de fermer les restaurants, les bars et les écoles : «  J’ai pleuré de rage, et de tristesse, quand il a fallu par exemple , se résoudre  fermer les bars, les restaurants, puis les écoles  (… ) J’ai souvent dit que j’avais dû choisir entre de mauvaises décisions, mais si on n’en prend pas, c’est pire ». En revanche, il se refuse a commenter celles prises par son successeur… Fairplay Edouard.

Rubriques

Politique