Le neveu Macron pris pour cible

Victime d'une rumeur selon laquelle son entreprise de chocolaterie appartiendrait à Emmanuel Macron lui-même, le neveu de Brigitte Macron, chef d'entreprise à Amiens, doit faire face lui aussi à la colère des gilets jaunes. 

À Amiens, la colère des gilets jaunes n'est certes pas aussi médiatisée qu'à Paris, mais elle n'en demeure pas moins forte. Dans cette ville d'où est originaire le couple Macron, les commerces sont régulièrement pris pour cible et parmi eux, une enseigne l'est tout particulièrement : les chocolateries de Jean-Alexandre Trogneux. 

"J'ai l'impression d'être un bouc émissaire, un défouloir. Il faut rétablir la vérité", insiste-t-il dans Le Parisien. Le neveu de Brigitte Macron est inquiet, et pour cause, ses huit boutiques qui emploient une quarantaine d'employés sont devenues des cibles de choix pour les gilets jaunes, qui selon la rumeur pensent que cette enseigne appartient au président de la République. 

"On crache sur la vitrine des magasins. On raconte aux salariés qu'ils ont un salaud de patron. Des vendeuses arrivent en pleurs dans mon bureau. Pire, on a menacé de faire brûler la chocolaterie sur les réseaux sociaux. La personne a été placée en garde à vue. J'ai peur de l'acte d'un déséquilibré", déplore Jean-Alexandre Trogneux. 

Afin de tenter de conserver sa clientèle tout en assurant la sécurité de ses employés, le chef d'entreprise a décidé d'embaucher des agents de sécurité et d'installer des caméras de vidéosurveillance. 

Rubriques

Politique