Le naufrage des sondeurs

La soirée électorale n’avait pas encore débuté, ce dimanche, que déjà l’Insoumis en chef, Jean-Luc Mélenchon, désignait les coupables, en fin d’après-midi, sur Twitter. « Premier naufrage : celui des sondeurs. Ils prévoyaient 10 points de moins de participation. Ca ne les empêchera pas de continuer à faire des prédictions ce soir. »

 

Il faut reconnaître que les instituts de sondage ont fait très fort lors de cette élection. Prenons l’IFOP, fier concepteur de l’Euro-Rolling, un baromètre quotidien sur lequel les politiques se sont rués durant toute la campagne.

 

Que disait l’ultime sondage, celui du 24 mai, à 48 heurs du vote ? La participation estimée atteignait 46,5 %, soit -3 ,6 % points au deçà du résultat final. Bof.

 

Le duel entre Le Rassemblement National et La République En Marche ? 

25,5 % contre 23 %. Encore raté. Moins de 1 point a finalement séparé les deux partis, à un étiage d’ailleurs plus faible (23,3 % contre 22,4 %).

 

Le même Euro-Rolling voyait Bellamy à 13,5 % : le versaillais a atterri 5 points plus bas. Le baromètre plaçait les écolos à 8 % : Ils ont grimpé 5,5 points plus haut.

 

Cela ne va pas les empêcher de présenter leurs factures !

Rubriques

Politique