Bruno Julliard estime qu'il s'agit d'une "bigoterie patriarcale et sexiste". 

Dans un entretien accordé à Marianne, l'ancien président de l'Unef, syndicat étudiant, est particulièrement remonté contre cette "polémique de trop" provoquée par l'apparition de Maryam Pougetoux, présidente de la section locale de Paris-IV, voilée.

"Ce qui se passe aujourd'hui est grave. Voir qu'une présidente de section locale de l'Unef porte le voile et voir qu'elle est soutenue par les dirigeants de cette organisation, ça me tord le ventre. Ce n'est pas supportable", dénonce celui qui est aujourd'hui le premier adjoint d'Anne Hidalgo à Paris. 

"Ce voile, et plus encore les discours pour le défendre, ce sont des décennies de combat pour l'émancipation des femmes piétinées"

"Évidemment (elle a) le droit de s'habiller comme bon lui semble", reconnaît Bruno Julliard. "Mais quoi qu'elle en pense, son voile est le signe d'une bigoterie patriarcale et sexiste en contradiction avec les combats féministes que l'Unef a toujours portés", ajoute-t-il tout en argumentant : "Quand elle choisit d'arborer ce vêtement alors qu'elle s'exprime en tant que porte-parole de cette organisation, elle fait passer un message politique qui implique cette organisation".

"Le plus choquant dans cette affaire, c'est celle (l'attitude) des dirigeants actuels de l'Unef qui ne se rendent pas compte qu'ils défendent des pratiques en contradiction totale avec l'histoire et les valeurs de ce syndicat", estime pour finir l'élu socialiste. "Ce voile, et plus encore les discours pour le défendre, ce sont des décennies de combat pour l'émancipation des femmes piétinées", s'insurge-t-il.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !