La politique antiterroriste critiquée

Après l'attentat de Strasbourg, Marine Le Pen et Laurent Wauquiez ont tous les deux souligné la "défaillance" du gouvernement dans la lutte antiterroriste. 

Ce mardi soir, un individu fiché S et toujours activement recherché a ouvert le feu dans le centre-ville de Strasbourg, tuant trois personnes et en blessant grièvement douze autres. Alors que l'ensemble de la classe politique s'est jointe à l'émotion collective à l'égard des victimes, les chefs de file des Républicains et du Front national ont pour leur part souligné l'échec de la politique antiterroriste du gouvernement. 

Marine Le Pen et Laurent Wauquiez ont ainsi critiqué la défaillance du suivi des personnes fichées S, alors qu'une enquête a été ouverte pour "assassinats, tentatives d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste". 

"Combien d'attentats commis par des fichés S devons-nous encore subir avant d'adapter notre droit à la lutte contre le terrorisme? Qu'attendons-nous pour enfin livrer bataille pour éradiquer l'intégrisme qui nous a déclaré la guerre?", s'impatience sur Twitter Laurent Wauquiez. 

Marine Le Pen appelle pour sa part à un "changement radical". "Toutes nos pensées vont vers les victimes de la tuerie islamiste de #Strasbourg et leurs proches, ainsi que vers les forces de l'ordre et les équipes de secours. Un changement radical doit intervenir, puisque la politique contre le terrorisme est manifestement défaillante", écrit la présidente du Rassemblement national. 

Des critiques partagées également par le député Rassemblement bleu Marine (RBM) Gilbert Collard et le maire de Béziers Robert Ménard, qui s'interroge notamment sur Twitter : "Les victimes de Strasbourg ont été tuées par un fiché S... Quand est-ce que le pouvoir prendra les mesures efficaces pour lutter contre cette menace ?"

Rubriques

Politique