La loi anticasseurs définitivement adoptée

Ce mardi soir, les sénateurs ont voté la proposition de loi Les Républicains, dite "anticasseurs". Elle avait été adoptée début février par l'Assemblée nationale.

Mardi 12 mars dans la soirée, le Parlement a définitivement adopté par un ultime vote du Sénat la proposition de loi anticasseurs portée par Les Républicains et reprise par le gouvernement dans le contexte de la fronde des gilets jaunes. 

Ce texte, perçu comme liberticide par la gauche et certains élus LREM prévoit notamment des interdictions préventives de manifester, des fouilles et pénalise la dissimulation du visage. La loi fera l'objet d'une saisine du Conseil constitutionnel par des parlementaires, mais également par Emmanuel Macron. 

"Il n'y a pas de place pour la peur dans les manifestations"

Adoptée par 210 voix contre 115 au Palais du Luxembourg, cette loi visant "à renforcer et garantir le maintien de l'ordre public lors des manifestations" instaure le principe du "casseur-payeur". "Il n'y a pas de place pour la peur dans les manifestations", a souligné le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, expliquant que cette loi vise avant tout "une petite minorité de casseurs qui n'ont rien à voir avec les manifestants", des "brutes" qui représentent "la plus grande menace, au fond, pour le droit de manifester". 

Rubriques

Politique