La fessée interdite

L'Assemblée nationale, qui s'est réunie jeudi soir afin de débattre sur l'interdiction de la fessée en France a finalement pris sa décision : toute "violence éducative ordinaire" ne sera désormais plus autorisée. 

«L'autorité parentale s'exerce sans violences physiques ou psychologiques»

La proposition de loi concernant l'interdiction des violences éducatives par les parents sur leurs enfants a récemment été votée par l'Assemblée nationale. Le vote a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi : après de longs débats, tout acte violent visant à éduquer un enfant est désormais interdit, qu'il s'agisse de fessées ou encore de gifles. 

Un texte inscrit dans le Code civil

Selon 20Minutes.fr, "le texte, porté par le groupe MoDem, a été adopté en première lecture par 51 voix contre 1 et trois abstentions." Seule Emmanuelle Ménard, députée d'extrême-droite, a voté contre cette proposition de loi, la jugeant comme un moyen de « dépouiller les parents de leurs prérogatives. » Ce texte sera inscrit dans le Code civil et sera lu lors du mariage des parents, indiquant bien que « l'autorité parentale s'exerce sans violences physiques ou psychologiques. » 

Rubriques

Politique