L’”opération burkini” vue par Marlène Schiappa

À Grenoble, en Isère, une dizaine de femmes militantes se sont baignées en burkini dans une piscine municipale dimanche dernier. Selon Marlène Schiappa, il s’agit là d’une “forme de demande, de revendication communautaire”.

Ces femmes réclamaient le droit de se baigner avec un burkini, maillot de bain couvrant prisé par les musulmanes et interdit dans les piscines municipales. Elles étaient soutenues par l’association Alliance citoyenne, mais une amende de 35 euros leur a été imposée. Cette “opération burkini” a été qualifiée de “provocation islamiste” par le Rassemblement national et d’atteinte à la liberté de la femme pour la droite.

Pour Marlène Schiappa, “il y a un message politique derrière [...] : “couvrez-vous”” et elles chercheraient à “créer une nouvelle norme”. Elle affirme que “les valeurs de la République, c’est aussi que chaque femme puisse porter un maillot de bain, sans pression d’aucune sorte”. Elle ajoute : “cette crispation du débat ne doit pas mener à des discriminations. Les femmes, quels que soient leurs religions ou leurs modes de vie, doivent pouvoir accéder aux piscines municipales”. Le maire de Grenoble, Éric Piolle, a quant à lui décidé de ne pas changer leur règlement.

Rubriques

Politique