Jean-Paul Delevoye démissionne

Ce lundi 16 décembre, le haut-commissaire à la réforme des retraites a quitté le gouvernement lundi. Il devait porter un projet de loi en 2020. Un coup dur pour Emmanuel Macron car cela engendre un membre en moins dans le parti LREM.

Ce dernier a démissionné car c’était l’occasion pour lui de s’expliquer une fois ses fonctions quittées. Il a été défendu par le premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer. Ces derniers pensent que Jean-Paul Delevoye est de « bonne foi » et qu’il aurait simplement commis une « erreur ».

Amnésie ou négligence ?

Ce dernier a manqué de transparence alors qu’il parlait d’honnêteté en 2018 en affirmant sur Twitter : « tout dirigeant doit être exemplaire et nul n’est au-dessus des lois ». Il aurait également « oublié » de mentionner onze mandats bénévoles qu’il a finalement déclaré dans une version rectifiée.

Une des premières fonctions bénévoles qu’il a omis de mentionner est celui d’Administrateur de l’Ifpass. Il est également président d’honneur du think-tank Parallaxe qui est une activité rémunérée. Cette dernière activité a posé problème au niveau de la loi. Selon l'article 23 de la Constitution il est interdit aux membres du gouvernement : « tout emploi public ou toute activité professionnelle ». Une défense que le haut-commissaire assure ne jamais avoir pris connaissance.

Rubriques

Politique