Poursuivie pour "provocation à la haine ou à la violence", Christine Boutin a obtenu gain de cause en s'adressant à la Cour de cassation...

C'est une victoire judiciaire pour l'ancienne ministre, qui a obtenu de la Cour de cassation l'annulation, ce mardi, de sa condamnation pour "provocation à la haine ou à la violence" suite à ses propos sur l'homosexualité. Pour rappel, dans un entretien accordé à la revue Charles et paru en avril 2014, Christine Boutin affirmait : « L’homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné ».

Le 18 décembre 2015, elle avait alors été condamnée à 5.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Paris, pour "provocation publique à la haine ou à la violence". Une décision qui avait ensuite été confirmée en appel le 2 novembre 2016. L'ex-ministre avait en outre était condamnée à s'acquitter de 2.000 euros de dommages et intérêts auprès de trois associations qui s'étaient constituées partie civile : Le Refuge, Inter-LGBT et Mousse.

Suite à cette condamnation, Christine Boutin avait formé un pourvoi en cassation. Finalement, la haute juridiction lui a donné raison en estimant que « le propos incriminé, s’il est outrageant, ne contient néanmoins pas, même sous une forme implicite, d’appel ou d’exhortation à la haine ou à la violence à l’égard des personnes homosexuelles ».

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !