Dans la tourmente, le ministre de l'Action et des Comptes publics évoque dans les colonnes de Sud-Ouest les deux plaintes dont il fait l'objet. Pour lui, elles ne sont que pure calomnie.

En déplacement à La Rochelle, Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, se fait discret. Il faut dire que depuis l'annonce du dépôt de deux plaintes le concernant, l'une pour viol et la seconde pour abus de faiblesse, le ministre se retrouve au coeur de la tourmente, bien qu'il ait encore le soutien du gouvernement. 

Interrogé par Sud-Ouest, Gérald Darmanin assure qu'il n'est "pas le premier homme politique à devoir faire face à la calomnie. Je n’ai rien à me reprocher. Je suis tranquille et fais parfaitement confiance à la justice de mon pays."

Tout en revenant sur l'action du gouvernement en termes de pouvoir d'achat, de fraude fiscale et concernant la réforme de la fonction publique, le ministre a tenu à souligner qu'il n'avait strictement rien à se reprocher.

Pour rappel, la première plainte déposée à son encontre l'accuse de viol sur une ancienne call-girl. Cette dernière soutient que Gérald Darmanin l'a contrainte à avoir une relation sexuelle en échange de son aide dans une affaire judiciaire. Dans la seconde plainte, déposée mardi à Paris pour abus de faiblesse, la plaignante affirme que le ministre lui a proposé une relation sexuelle en échange de son aide pour obtenir un logement. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !