Estrosi impose le masque

Ce dimanche 10 mai, la Ligue des droits de l’Homme a choisi de contester l’arrêté municipal pris à Nice par le maire LR Christian Estrosi imposant le port du masque dans l’espace public.

La ligue des Droits de l’Homme a décidé de contester l’arrêté municipal pris à Nice par le maire LR Christian Estrosi qui souhaitait imposer le port du masque dans l’espace public. Ce recours a été examiné ce lundi sous la forme d’un référé-libéré.

L’avocat de la LDH a rappelé : “Nous avions obtenu le 17 avril du Conseil d’État une décision favorable concernant le même type d’arrêté quand il avait été pris par la ville de Sceaux, dans les Hauts-de-Seine, sur le principe que les maires n’ont pas le pouvoir d’aggraver les mesures sanitaires prises par le gouvernement”. Ce dernier a également ajouté : “Là, pour Nice, nous considérons qu’il y a une aggravation en imposant le port du masque sur l’ensemble de l’espace public, et cela va à l’encontre de la jurisprudence Conseil d’État-ville de Sceaux”.

Dans son arrêté, l’édile de la commune a argumenté ces mesures particulières, par le fait que le département des Alpes-Maritimes “a connu un taux de contamination extrêmement faible de la population par le virus du Covid-19”, si bien “qu’il en découle une absence d’immunité collective, exposant davantage le département (...) et la ville de Nice (...) à une nouvelle vague épidémique”.

Rubriques

Politique