Nombreux sont les manifestants à avoir répondu présent à l'appel des syndicats, ce mardi 12 septembre. 

Ce mardi 12 septembre a lancé le début des hostilités contre la réforme du Code du travail par ordonnances, annoncée par le gouvernement. Alors que de prochaines manifestations sont déjà prévues, celles de mardi ont rassemblé 223.000 personnes selon les chiffres du gouvernement, contre 400.000 d'après la CGT. "Pour une première, c'est une bonne première", s'est félicité Philippe Martinez, le leader de la CGT. 

De son côté, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a reconnu une "mobilisation d'un certain niveau" tout en assurant "entendre les craintes" et faire en sorte "d'y apporter des réponses". 

Des manifestations sous tension

À Paris, 60.000 personnes ont répondu à l'appel de la CGT, la FSU, l'Unef et Solidaires, selon les syndicats. Un chiffre qui retombe à 24.000 d'après les forces de l'ordre. Le cortège à été stoppé plusieurs fois par des heurts avec la police, qui se sont soldés par des tirs de gaz lacrymogènes et de canons à eau. À Marseille, ils étaient 7.500 à manifester d'après la préfecture, contre 60.000 selon les organisateurs. À Toulouse, les manifestants étaient entre 8.000 et 16.000, quant au Havre, ville du Premier ministre Édouard Philippe, ils étaient 3.400 d'après la police. À Nantes, la manifestation a été marquée par des échauffourées. À Lyon, ville du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le cortège a été freiné dans sa progression par de nombreux CRS, provoquant des heurts entre les manifestants et les forces de l'ordre.

Le ministère de l'Intérieur a fait savoir qu'au total, 13 personnes avaient été interpellées durant les manifestations. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !