Edouard Philippe durcit le ton

Face à la violence des gilets jaunes, Edouard Philippe compte se servir de l'article 40 du code de procédure pénale. 

Ce lundi 18 février, le Premier ministre a annoncé une série de mesures afin de répondre aux violences qui ont émaillé la dernière manifestation des gilets jaunes, à Paris le week-end dernier. 

Préfet de police de Paris remplacé, manifestations interdites dans certaines zones, contraventions alourdies, etc. L'une de ces mesures fortes est pourtant passée relativement inaperçue : le recours à l'article 40 permettant de saisir la justice à chaque fois que des violences effectuées par les gilets jaunes seront "glorifiées". 

"Un certain nombre de personnalités, et je mets personnalités entre guillemets, ont encouragé et légitimé les violences et continuent à le faire sans vergogne. J'ai demandé au ministre de l'Intérieur de saisir systématiquement la justice à leur encontre en utilisant les dispositions de l'article 40 du code de procédure pénale", a fait savoir Edouard Philippe. 

Maxime Nicolle et Eric Drouet visés

Dans le viseur du Premier ministre, les principaux leaders des gilets jaunes qui ne cessent de glorifier les violences commises par le mouvement, comme Eric Drouet et Maxime Nicolle. 

Invité sur LCI, Christophe Castaner avait par ailleurs déjà dénoncé des appels à l'insurrection lancés par ces deux visages de la contestation. 

Rubriques

Politique