La députée Les Républicains des Bouches-du-Rhône a été condamnée par la cour d'appel d'Aix-en-Provence à verser 17.000 euros à son ex-attachée parlementaire, dont elle s'était séparée en 2013.

Porte-parole de François Fillon durant la dernière campagne présidentielle et députée LR des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer a été condamnée en appel pour harcèlement moral et licenciement sans cause réelle et sérieuse de son attachée parlementaire, en 2013. Valérie Boyer a été condamnée à verser la somme de 17.000 euros à Marie-Laurence Macaluso. Une condamnation allégée puisqu'en première instance, elle avait été condamnée à 37.000 euros de dommages et intérêts.

Son ancienne collaboratrice Marie-Laurence Macaluso avait interrompu à de nombreuses reprises son activité en 2012, pour cause de maladie. Une période durant laquelle Valérie Boyer participait aux élections législatives. En janvier 2013, la députée LR des Bouches-du-Rhône l'a licenciée pour absences longues et répétées perturbant le fonctionnement du cabinet parlementaire".

Pour sa part, son ex-collaboratrice estimait avoir "subi un harcèlement moral du fait de ses diverses convocations en vue d'une rupture conventionnelle dans le cadre d'une situation conflictuelle, des sanctions injustifiées et répétées, des pressions multiples, d'une rétrogradation et d'une mise à l'écart". 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !