La langue inclusive qui a fait ses premiers pas dans les manuels scolaires, l'administration et même la politique, déplait fortement au député LR Julien Aubert, lequel a demandé au ministre de l'Éducation nationale d'interdire l'écriture inclusive dans les manuels scolaires.

"La dénaturation de la langue française est ainsi accompagnée d'une politisation du langage comparable à ce que George Orwell avait prédit avec sa fameuse 'novlangue'", dénonce Julien Aubert en faisant référence à la langue totalitaire imaginée par l'écrivain britannique dans 1984.

Une pratique qui prend "en otage les écoliers"

En réaction à la publication d'un manuel scolaire de CE2 édité par Hatier et intégralement rédigé en écriture inclusive, le député LR a élaboré une missive co-signée par 16 de ses collègues, y compris des femmes. Selon Julien Aubert, cette manière de vouloir bannir l'usage du masculin comme moyen de signifier le neutre revient à "prendre en otage les écoliers pour transformer, sous couvert d'apprentissage à l'égalité, notre langue à des fins idéologiques".

Le député du Vaucluse a donc demandé au ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer "la prohibition de cette pratique" dans les manuels scolaires, afin d'"empêcher la propagation de l'écriture inclusive dans les livres de nos enfants". Ce dernier avait déjà été interrogé sur ce sujet ; il s'était montré pour le moins hésitant, jugeant cette pratique "questionnable" mais plutôt inappropriée dans le cadre de l'enseignement. Que cette liberté soit offerte dans la vie démocratique courante, ça me paraît compréhensible. À l'école, je suis plus réservé (...) quand je vois les difficultés qu'on a à bien consolider la lecture".

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !