Ce jeudi, la Corée du Nord a confirmé son projet d'envoyer quatre missiles en direction des bases américaines de l'île de Guam, dans le Pacifique.

Comme l'impression de traverser une nouvelle Guerre froide...

Entre les États-Unis et la Corée du Nord, l'escalade verbale se poursuit sans faiblir. Jeudi 10 août, le régime de Pyongang a confirmé vouloir tirer quatre missiles vers l'île de Guam. Sa justification : Donald Trump est "un gars qui a perdu la raison".

Le président américain avait lancé, mardi 8 août, que "la Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les États-Unis". Pour protéger son pays, Trump s'est dit prêt à répondre avec "le feu et la colère" comme le monde ne l'a jamais vu jusqu'ici". En guise d'argument dissuasif, le chef d'État a rappelé que l'arsenal américain était "plus fort et plus puissant que jamais auparavant".

Des avertissements qui n'ont manifestement pas remis en cause les projets de la Corée du Nord. Selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA, l'armée nord-coréenne pourrait finir d'élaborer à la mi-août son plan d'attaque contre le territoire de Guam, petite île américaine du Pacifique très importante pour les États-Unis au niveau stratégique. Le plan comprendrait le tir de quatre missiles supposés survoler le Japon, et sera présenté à Kim Jong-un pour approbation. L'agence a précisé que le projet constituera un "avertissement crucial aux États-Unis".

Pour la Corée du nord, qui s'est mis à dos toute la communauté internationale, Donald Trump est un président qui manque "de raison". L'hôpital, la charité... Le plus sérieusement du monde, l'agence KCNA explique ainsi qu'un "dialogue sensé n'est pas possible avec un tel gars (sic)" et que "seule la force absolue fonctionne avec lui".

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !