COP 25 : Une conférence consternante

Il aura fallu plus de 42 heures supplémentaires pour que les participants de la COP25 concluent un accord modeste, avec des pays plus divisés que jamais sur des sujets primordiaux.

La COP25 fut d’abord refusée par le Brésil, puis annulée par le Chili. Finalement, la 25ème conférence des Nations Unies sur le climat a cette année trouvé refuge à Madrid. Elle s’est achevée ce dimanche 15 décembre après deux longues semaines de débats. Elle accueillait des témoignages du monde entier : des petits États insulaires menacés de disparition par l’élévation du niveau des océans aux peuples indigènes amazoniens, victime de déforestation.

Des avancées quasi insignifiantes

La lutte contre le changement climatique est un combat de longue haleine. Les négociateurs étaient épuisés et ont adopté des décisions qu’ils avaient, pour certains, à peine lues. Le secrétaire général des Nations unis (ONU), Antonio Gueterres a exprimé ses motivations : « la communauté internationale a perdu une occasion importante de faire preuve d’une ambition plus grande » et a ajouté : « nous ne devons pas abandonner ».

Les rapports critiques des scientifiques, ont confirmé que si rien n’évoluait, la fonte des glaciers serait irréversible. Malgré cet avertissement, le climat ne semble pas faire l’objet d’une urgence pour tout le monde.

Rubriques

Politique