Carlos Ghosn : un an après

Le 19 novembre 2018, Carlos Ghosn, l’ancien PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi, a été arrêté et incarcéré au Japon. Un an après, ses enfants signent une tribune dans laquelle il réclame un procès équitable et estiment que leur père est “victime d’un système judiciaire japonais cruel et injuste”.

Arrêté à la sortie de son avion à Tokyo il y a un an, Carlos Ghosn est depuis coincé au Japon. Incarcéré pendant plus de cent jours, il a été libéré sous caution le 6 mars 2019 avant d’être arrêté pour de nouvelles accusations. Désormais, l’ex-patron de Renault-Nissan-Mitsubishi est visé par quatre mises en examen. Avant son procès prévu en avril 2020, Carlos Ghosn a interdiction de quitter le territoire japonais et ne peut être en contact avec ses proches, ni même son épouse.

Aujourd’hui, l’ancien grand patron risque une peine jusqu’à 15 ans d’emprisonnement pour “non-déclaration aux autorités boursières de rémunérations différées” et pour “abus de confiance aggravé”. Pour dénoncer les autorités japonais et l’inaction du gouvernement français sur ce dossier, ses quatres enfants publient ce mardi 19 novembre une tribune pour “attirer l’attention sur un système juridique japonais [...] qui maltraite leur père”.

Rubriques

Politique