Benalla : nouvelles révélations

Lorsqu'il a quitté l'Elysée, l'ancien chargé de mission n'a pas rendu un quatrième passeport de service ainsi qu'un téléphone crypté secret-défense. 

Alors que les auditions de la commission d'enquête du Sénat doivent reprendre ce mercredi, Le Canard Enchaîné révèle que lors du départ d'Alexandre Benalla de L'Élysée, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron a oublié de lui réclamer deux affaires importantes. Lors du licenciement de l'ancien chargé de mission, Patrick Strzoda ne lui a ainsi pas demandé de rendre un téléphone classé secret-défense, ainsi qu'un quatrième passeport de service. 

Ce passeport, délivré le 28 juin 2018, est un "laisser-passer à la couverture noire qui facilite le passage des frontières et permet de voyager sans visa dans certains pays", explique Le Canard Enchaîné, précisant qu'au total, Alexandre Benalla disposait "de quatre passeports spéciaux : deux diplos et deux de service". 

Quant au téléphone classé secret-défense que l'Élysée a également oublié de réclamer à Alexandre Benalla lors de son licenciement, il s'agit d'un modèle de type Teorem, d'une valeur de 2 500 euros. "Le 11 janvier, l'avocate de Benalla a donc proposé au Château de restituer ce portable fabriqué par Thalès", détaille encore le journal. 

L'ancien chargé de mission de l'Élysée est suspecté d'avoir utilisé l'un de ces passeports diplomatiques lors de voyages en Afrique, alors même qu'il avait affirmé, sous serment, avoir laissé ces documents dans son bureau lors de son licenciement, fin juillet. De son côté, l'Élysée affirme les lui avoir réclamés à plusieurs reprises, en juillet et en septembre, en vain. 

Rubriques

Politique