Selon la présidente du Front national, les "fiches S" ne "servent à rien" puisqu'elles ne permettent en aucun cas de "mettre hors d'était de nuire" les potentiels auteurs d'attentat en France.   

À quoi bon établir des "fiches S", si ces dernières ne servent pas à "sévir", questionne Marine Le Pen. Ce lundi, la présidente du Front national a estimé que ces documents "administratifs", qui permettent de repérer les individus susceptibles de présenter un risque d'atteinte à la "sûreté de l'État", "ne servent à rien" puisqu'ils n'empêchent en rien les auteurs d'attentat d'agir, comme le jeune homme d'origine tchétchène qui a attaqué plusieurs passants au couteau dans les rues de Paris.

Les fiches S "ne permettent pas de déclencher la mise hors d'état de nuire de ceux dont nous sommes absolument convaincus, à charge éventuellement pour un juge de s'en convaincre également, qu'ils sont précisément des soldats d'une idéologie (...) dont l'objectif est de commettre des exactions et des attentats sur notre sol", a affirmé Marine Le Pen sur les ondes de Radio Classique.

"La stratégie du gouvernement consistant à dire 'le mieux c'est de les garder sur le territoire pour pouvoir surveiller'" revient à jouer "à la roulette russe", a également estimé la fille de Jean-Marie Le Pen, tout en réitérant sa proposition "d'expulser manu militari les étrangers radicalisés" et de mettre en place des "procédures spécifiques". 

"On se retrouve avec des radicalisés qui ont obtenu la nationalité française après avoir obtenu le statut de réfugié, et cela en quelques années", déplore Marine Le Pen. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !