Ce lundi, les avocats de Nicolas Hulot ont fait savoir que ce dernier leur avait demandé de déposer une plainte pour diffamation contre le journal Ebdo, auteur d'un article accusant le ministre de violences sexuelles. 

Nicolas Hulot contre-attaque. Ce lundi 12 février, ses avocats ont indiqué à l'AFP qu'il allait déposer une plainte pour diffamation contre l'Ebdo, journal qui a publié un article accusant le ministre de viol.

"Nous avons reçu pour instruction, Jacqueline Laffont et moi, de lancer cette procédure en diffamation", a rapporté Me Alain Jakubowicz. "Je pense qu'elle sera déposée d'ici la fin de la semaine", a précisé Me Laffont.

Pour l'heure, la direction d'Ebdo n'a pas réagi à cette annonce et n'a pas souhaité consulter le contenu de cette plainte en diffamation qui visera le magazine et les journalistes, auteurs de l'article paru ce vendredi. Un article, qui d'après les avocats de Nicolas Hulot, met en cause le ministre de la Transition écologique "sur le fondement d'une rumeur démentie et d'une plainte ayant fait l'objet d'un classement sans suite il y a 10 ans du fait de la prescription, mais aussi du caractère non établi des faits allégués".

Jeudi 08 février, Nicolas Hulot avait choisi de devancer la publication de l'article d'Ebdo en démentant sur BFMTV tout comportement inapproprié dans "deux affaires qui n'en sont pas". Il a notamment démenti toute agression sexuelle sur une ancienne collaboratrice de l'ex-Fondation Hulot, qui dément également dans Ebdo, tout en reconnaissant l'existence d'une plainte classée sans suite déposée à son encontre par la petite-fille de François Mitterand. Des allégations remontant à 1997, que la plaignante elle-même ne souhaitait pas voir paraître dans la presse. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !