Le portrait du réalisateur, dressé par un journaliste du Washington Post qui s'est plongé dans les archives personnelles de ce dernier, est peu flatteur...

Pour réaliser ce portrait au vitriol de Woody Allen, Richard Morgan, journaliste au Washington Post, s'est plongé dans l'intimité du réalisateur en consultant les archives de ce dernier, entreposées à l'université de Princeton depuis 1980.

De ces 56 boîtes, qui contiennent 57 ans de la vie du réalisateur, Richard Morgan en a tiré une image guère flatteuse de Woody Allen, dépeint comme un obsédé des adolescentes« Du tout début à la fin, Allen dégou­line de miso­gy­nie répé­ti­tive », affirme le journaliste, pour qui le réalisateur n'a « jamais eu besoin d'autre idée que celle de l'homme lubrique et de sa belle conquête »...

Pour étayer ses dires, Richard Morgan cite les jeunes héroïnes imaginées par Woody Allen dans ses films. Il note une « obses­sion livide pour les jeunes filles » comme le montre par exemple l'un de ses scénarios qui met en scène un person­nage mascu­lin, « riche, éduqué et respecté », vivant une histoire avec une jeune Indienne de 21 ans.

Des exemples de scénarios qui se multiplient dans les films du réalisateur. Encore plus évoquant, en marge de l'un de ses scripts évoquant une histoire d'amour entre un homme d'un certain âge et une jeune fille à peine majeure, Woody Allen a annoté : « C'est moi »...

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !