Sexisme : quand Tex compare une candidate à une "chiennasse"

L'ancien animateur viré de France 2 pour une blague sexiste comparaissait devant les Prud'hommes de Paris, ce mercredi. L'occasion pour l'avocate de la société Sony Pictures Tele­vi­sion de dévoiler des extraits de ses derniers enregistrements, dans lesquels Tex tient des propos choquants. 

Il se serait bien passé de ces révélations. Tex, qui avait rendez-vous devant les Prud'hommes de Paris ce mercredi 16 mai, dans le cadre du conflit qui l'oppose à son ex-employeur, a été confronté à certaines séquences dans lesquelles il tient ouvertement des propos sexistes et dégradants. 

L'ancien animateur, écarté de la présentation des Z'amours suite à une blague malvenue sur les violences conjugales, réclame 1,2 million d'euros à la société Sony Pictures Tele­vi­sion pour "rupture abusive de contrat". Une somme qui correspond à 24 mois de salaire, soit 666.000 euros, plus les indemnités, a expliqué son avocat Me Jérémie Assous, qui défend également Eddy Guyot, accusé d'agression sexuelle par une autre participante de Koh-Lanta. 

« C'est une chien­nasse avec ses grosses loches »

Tex et son avocat ne devaient sans doute pas s'attendre à ce que Me Hélène de Saint-Germain, l'avocate de la société, ne dévoile des extraits des derniers enregistrements de l'animateur. Des séquences particulièrement gênantes, dans lesquels on peut clairement entendre Tex déclarer à propos d'une candidate : « C'est une chien­nasse avec ses grosses loches ». « Vous ne pouvez pas trai­ter quelqu'un comme un animal. C"est inac­cep­table de trai­ter une femme de chien­nasse », a dénoncé l'avocate de Sony Pictures Tele­vi­sion.

Rubriques

People