Sara Forestier se confie dans les larmes sur son éviction du tournage de son dernier film

L'actrice Sara Forestier revient pour le magazine Paris Match sur les raisons qui ont entraîné son licenciement du film Bonhomme, et notamment l'histoire de la gifle qu'elle aurait donnée à l'acteur Nicolas Duvauchelle.

Sara Forestier a vécu un véritable calvaire sur le tournage de Bonhomme qu'elle a quitté prématurément suite à son licenciement. Au moment des faits, l'équipe de tournage évoque une gifle que l'actrice aurait mise à son partenaire à l'écran Nicolas Duvauchelle, ains que des propos outrageux qu'elle aurait eus à son égard. Le magazine Voici raconte que l'actrice avait commencé à "menacer (Nicolas Duvauchelle, ndlr), à le traiter de tous les noms, notamment de déchet du cinéma français avant de lui coller une violente gifle".

Aujourd'hui, Sara Forestier souhaite rétablir la vérité

Mais après s'être laissée faire pendant de longs mois, l'actrice a décidé de restaurer son image et d'expliquer ce qui s'était réellement passé. "Ce qui a été très dur, c'est qu'en réalité, c'est moi qui me suis pris la baffe", affirme-t-elle. 

"Mais certaines personnes ont voulu que je dise ce qu'il s'était passé réellement et on a retourné l'incident contre moi. Ce qui a été très violent, surtout, c'est que j'ai dû quitter ce tournage parce que j'avais fait une grossesse extra-utérine avec des complications, et que si je ne me soignais pas correctement, je prenais le risque de ne plus pouvoir avoir d'enfants. Il était hors de question que je mette en danger mon désir de maternité pour un film !" 

À ce moment de l'interview pour Paris Match, "sa voix se brise, elle se met à pleurer", explique le magazine. "Quand j'ai voulu en parler, les gens m'ont dit "N'en parle pas". J'étais tellement fragile à ce moment-là et j'ai entendu des choses tellement horribles... On m'a fait culpabiliser sur ma décision de quitter le plateau. Donc je suis restée dans une forme de mutisme".

Rubriques

People