Éric Brion, accusé par la journaliste Sandra Muller d'avoir eu des propos déplacés à son égard, est attaquée en justice par ce dernier, qui s'estime diffamé.

Le 13 octobre dernier, dans la foulée du scandale Weinstein, une journaliste françaises résidant à New-York, Sandra Muller, lançait le hashtag #balancetonporc. Un hashtag censé permettre aux femmes de libérer leur parole sur les réseaux sociaux, en donnant publiquement le nom de leur harceleur sur Twitter.

Très vite, ce hashtag prenait une ampleur qu'elle n'aurait "jamais imaginé" et Sandra Muller livrait alors son propre témoignage de harcèlement sexuel sur la Toile, accusant l'ancien patron de la chaîne Équidia, Éric Brion. D'après ses dires, ce dernier aurait tenu des propos extrêmement déplacés à son égard. 

Bien que le 30 décembre dernier, l'homme d'affaires se soit excusé dans les colonnes du Monde pour son attitude, il a tout de même décidé de porter plainte pour diffamation à l'encontre de la journaliste. Une décision révélée par Sandra Muller en personne, sur son compte Twitter.

"Eric Brion a finalement changé de stratégie et a décidé, contre toute décence, de m'amener devant les tribunaux", écrit-elle, tout en précisant que l'ex-patron d'Équidia lui réclame 50.000 euros de dommages et intérêts pour diffamation ainsi que 10.000 euros de frais d'avocat. Sandra Muller se dit toutefois prête à aller jusqu'au bout de son combat et "espère que ce procès sera l'occasion de porter un véritable débat sur les moyens de lutter contre le harcèlement".

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !