Le rappeur Samat mis en examen pour ventes d'armes et de drogue

Le rappeur Samat, 36 ans, a été interpellé en septembre dernier à Paris. Il a été mis en examen pour "vente de cannabis et d'armes remilitarisées", rapporte Le Parisien. 

Arrêté en septembre dernier, le rappeur Samat est accusé d'être à la tête d'un vaste trafic d'armes et de drogue, révèle Le Parisien. Il a été mis en examen il y a quelques jours pour "vente de cannabis et d'armes remilitarisées". En avril 2017, les enquêteurs de l'Office central de lutte contre le crime organisé ont mis à jour l'existence d'un important trafic d'armes et de drogue, qui serait tenu par deux frères selon une source proche de l'affaire. "Ce sont deux frères, connus pour assassinat, trafic de drogue, escroquerie et vol. Ils jouent les caïds dans leurs quartiers."

Cinq téléphones portables en prison

Les écoutes téléphoniques des deux frères révèlent que ces dealers sont aidés par un troisième homme, le rappeur Samat : "On entendait sur les écoutes que ces types parlaient de calibres entre eux." Ce dernier sera interpellé le 22 septembre dernier dans le XVIe arrondissement de Paris, après... une infraction routière. 

Les policiers ont alors découvert derrière son compteur électrique une arme, des cartouches et de la résine de cannabis. Samat, incarcéré à la prison d'Osny, parvient tout de même à communiquer avec son réseau grâce à cinq téléphones portables. "Sur les ondes, les membres de l'équipe s'inquiètent et évoquent l'idée que la police pourrait remonter jusqu'à eux", rapporte une autre source. 

Le 12 février dernier, les enquêteurs ont interpellé neuf autres suspects. De nombreuses armes ont été retrouvées lors des perquisitions. 

Rubriques

People