Pourquoi on va adorer!

Aujourd’hui, comme l’ensemble de la planète, on écoutera le dernier Adèle. On pleurera. Et on adorera. Ne luttons pas, on aime les chansons tristes plus que tout au monde, c’est scientifique. Selon les travaux du Pr David Huron (Ohio State University Center for Cognitive and Brain Sciences), lors d’un événement triste, le cerveau libère de la prolactine, une hormone qui provoque un sentiment de réconfort. Une chanson triste démarre ce circuit de la consolation sans événement traumatique. Un shoot d’hormone du réconfort sans vraie raison d’être triste.

Rubriques

People